top of page
Rechercher
  • ameliechambinaud

Chanter et accoucher... mêmes hormones ?

Chanter est une activité merveilleuse et accessible à toutes et tous. En cherchant ce qui se cache derrière tout ça, nous découvrons que chanter, et ce quel que soit le répertoire et la “qualité” du chant, favorise la sécrétion d’hormones bienfaisantes. Des hormones… précieuses également dans le déroulement de l’accouchement !


femme enceinte en train de chanter - chant prénatal

La dopamine, hormone du plaisir et de la motivation.


Ce neurotransmetteur est sécrétée pendant une activité physique, quand on écoute de la musique, pendant un rapport sexuel satisfaisant, ou encore en cas de consommation de drogue. Mais aussi quand on chante ! Des chercheurs canadiens ont démontrés dans une étude datant de 2013 que le circuit de récompense est activé par anticipation, ce qui vous pousse à renouveler l’expérience encore et encore. Chanter étant une activité gratuite, excellente pour la santé et totalement légale… pourquoi s’en priver ?


Les endorphines, analgésiques naturelles


La chercheuse québecoise Isabelle Peretz, fondatrice et directrice du Centre de recherche sur le cerveau, la musique et le son, explique qu’écouter ou chanter une musique que l’on aime nous fait sécréter de la dopamine, qui a son tour active la sécrétion d’opiacés, que l’on appelle les endorphines. Tout le circuit de la récompense est activé par la musique, depuis le système limbique au cortex frontal. En plus d’avoir un effet calmant, le chant a aussi une dimension analgésique. Il peut réduire la douleur. La première étude sur les effets antidouleurs de la musique est publiée dans Science et date des années 1960 ! Elle a été réalisée par Wallace J. Gardner, un dentiste qui opérait sans anesthésiant, y compris pour extraire des dents. Les patients écoutaient de la musique entremêlée des sons d’une chute d’eau.

Plus récemment, dans une étude de 2004, les chercheurs américains ont observé une meilleure résistance à la douleur chez les patients souffrant de douleurs chroniques, juste après une séance de chant.

Je résume : quand nous chantons, nous sécrétons naturellement des endorphines (appelées aussi “morphine endogène”), et cela a comme effet d’élever notre seuil de perception de la douleur… Je me doute que tu me vois venir, ce principe est largement utilisé en chant prénatal. En effet, dans les ateliers, nous explorons différents sons agréables et bienfaisants, pour pouvoir les utiliser avec facilité le jour de l’accouchement, seule ou en couple (ou en duo avec tout partenaire de naissance : un.e proche, notre doula ou notre sage-femme).

Ainsi, utiliser sa voix et faire des sons lors de l’enfantement nous permet à la fois d'avoir une respiration optimale, de nous sentir actrice de ce moment, et de sécréter des endorphines naturellement, ce qui va élever notre seuil de tolérance à la douleur. Personnellement, je ne suis pas sûre que je tenterais l'aventure d'une extraction dentaire sans anesthésiant ! Mais je sais, de part mon vécu personnel, mes formations en chant prénatal et les témoignages des participantes à mes ateliers, que l'utilisation de sons ajustés est une aide précieuse pour retarder la pose d'une péridurale, ou attendre la pose de la péridurale, ou encore enfanter sans péridurale.



L'ocytocine, hormone de l'attachement et de la confiance


L’ocytocine a longtemps été considérée comme “l’hormone de la maternité”. En effet, elle a des superpouvoirs puisque sa sécrétion provoque les contractions de l’utérus au moment de l’accouchement, ainsi que l’éjection du lait lors de la tétée (en réaction à la stimulation des mamelons). C’est aussi l’hormone de l’attachement : attachement amoureux, attachement d’un parent pour son enfant, et attachement social. Elle est sécrétée lors de contacts physiques agréables tels que des câlins, des caresses ou des massages, et elle est produite en grande quantité lors de l’orgasme... et en quantités encore plus grandes lors d'un accouchement physiologique.

Danser comme si personne ne nous regardait ou chanter à tue-tête favorise aussi la production d’ocytocine. D’ailleurs, Magali Dieux nous parle dans son livre Naître enchanté de “critocine”, nom qu’elle donne au “son aigu, émis par la mère, pouvant remplacer l’ocytocine de synthèse au moment de l’expulsion de l’enfant.”


Et si cette phrase seule, sortie de son contexte, peut faire croire à de la magie, ou nous sembler simpliste, Magali Dieux parle d’expression vocale ajustée et insiste sur l’importance de s’entraîner. S’entraîner… comment ? Et s’entraîner à quoi ? me demanderez-vous peut-être…

S’entraîner à s’écouter, à choisir les sons qui nous sont bénéfiques sur le moment, s’entraîner seule ou à deux. S’entraîner à laisser s’exprimer notre voix, que l’on soit chez soi, dans la voiture, ou à la maternité.

Le chant prénatal est un outil merveilleux car il s’adapte à toutes les situations, quel que soit le degré de médicalisation, et vous l’emportez partout avec vous. Le chant prénatal permet de rester acteur et actrice de la naissance (et ce y compris en cas de déclenchement ou de césarienne programmée).

Pour découvrir ces outils, rien de mieux que de participer à un atelier de chant prénatal. Vous pouvez trouver un atelier de chant prénatal près de chez vous. Pour ma part, j’anime des ateliers à Nîmes, et j’ai également enregistré un programme en ligne, pour celles qui n’auraient pas d’atelier à proximité ou qui ne peuvent pas se déplacer.


J’en profite pour rappeler qu’il n’y a pas besoin de “savoir” chanter… Que l’on chante juste ou faux, les bénéfices sont les mêmes ! Alors ce serait dommage de s’en priver.


Voilà ! J'espère que cet article vous aura donné envie de chanter ! ♡

Si vous êtes sage-femme, musicienne, musicothérapeute ou doula (ou de manière plus large, professionnel.le de la périnatalité ou de la musique) et que vous souhaitez vous former au chant prénatal, les inscriptions pour ma formation professionnelle sont en cours.


N'hésitez pas à partager cette lecture à une amie enceinte ou pro de la périnatalité à qui ces infos seraient utiles, et vous pouvez aussi rejoindre ma newsletter grâce au formulaire page d'accueil ;)


Merci, et à très bientôt, du côté des abonnées ou sur les réseaux.


Amélie

54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page